J’ai expérimenté la magie de la rencontre avec mes racines. Par: Vanesa Olivera Rezuc

Voici le récit d'une jeune Argentine d'origine libanaise, Vanesa Olivera Rezuc, qui a participé cet été au voyage « Retour aux sources », organisé par RJLiban.

TÉMOIGNAGE - (L’Orient Le Jour 21/09/2015)

«Mon nom est Vanesa Olivera Rezuc. Je suis argentine originaire de Zapala, dans la province de Neuquén en Patagonie. J'ai une ascendance libanaise du côté maternel, et trois de mes arrière-grands-parents sont nés au Liban. On pourrait penser que le lien est lointain, mais le sentiment d'appartenance qui m'unit à mes racines m'a toujours accompagnée. Depuis mon enfance, j'avais coutume de participer, avec ma famille, aux activités de la collectivité dans ma ville natale, qui jusqu'à aujourd'hui se poursuivent dans le même édifice qui a été fondé il y a exactement 90 ans. Je suis fière de dire que mon arrière-grand-père, Élias Habib Sabbagh, fut le premier président de cette association, et qu'ensemble, avec un groupe de vigoureux et enthousiastes compatriotes, ils créèrent un espace qui sera la maison où se réuniront les familles libanaises émigrées et un lieu ouvert à toute la communauté.

«J'ai vécu mes dernières années universitaires à Buenos Aires, où j'ai participé au concours de Miss Liban émigrés, me classant première dauphine. Je me suis engagée dans le mouvement de la jeunesse libanaise de cette ville et, en 2014, j'ai été élue "Reina Porteña de Colectividades" (reine des collectivités de Buenos Aires). Ce titre de reine me permit de partager mes traditions et la culture de mon pays avec différentes communautés. Ce fut gratifiant pour moi d'être présente aux fêtes, tant nationales que provinciales, de connaître de près le travail de chaque communauté et de célébrer la diversité.

« Par chance, j'ai pu arriver au Liban au mois de juillet dernier grâce au programme "Retour aux sources 2015", organisé par l'association RJLiban, me joignant à un magnifique groupe de personnes de diverses nationalités, mais unies par un sentiment commun. Je suis convaincue que nous avons tous expérimenté la sensation magique de la rencontre avec nos racines.

Baklavas libanais en Patagonie

«Pour ma part, j'ai trouvé dans la cuisine libanaise une forme spéciale de me connecter avec la culture. Les recettes traditionnelles sont transmises de génération en génération par les femmes de ma famille. Non seulement nous préparons les plats typiques au foyer, mais nous comptons sur les services d'un traiteur, Comidas Árabes Helwe, spécialisé dans les pâtisseries orientales (baklavas, maamoul, namoura, maacaroun, etc.) qui ont du succès auprès du grand public en général et de la collectivité libanaise qui habite la zone.

«Maintenant j'écris ces lignes depuis Beyrouth, le lieu où je suis en train de travailler pour le prochain projet de RJLiban. Il consistera en des voyages en Argentine, spécialement pensés par les Libanais qui connaissent les merveilles de la Tierra del plata (Terre de l'argent) et visitent les cités touristiques attractives de la Patagonie, où une grande partie de la diaspora libanaise s'est installée et est localisée actuellement.

«Heureusement, je peux dire que parcourir le pays du Cèdre, concrétiser les rencontres avec ma famille à Mayrouba et connaître, chaque jour un peu plus, cette belle terre est un rêve devenu réalité que je vis avec paix et gratitude.»


The content of this website is the property of Jabalna Magazine © and may not be reproduced in any form without explicit written permission by the publisher.

Recommended